Le Texas dans l’assiette : escapade culinaire au pays du chili

Pin It

Welcome to Texas, dans l’Amérique profonde. Mais que mange-t-on de bon là-bas ? Sûrement des ribs au barbecue et du chili. Effectivement le barbecue est une institution chez les cow-boys. Quel américain n’a pas son barbecue ! Et comme le disent les mexicains : « une certaine cuisine voyage dans le monde avec un faux passeport. » Cette cuisine, c’est la cuisine dite « tex-mex« 

La cuisine « texane-mexicaine » est née d’un métissage de cultures, en l’occurrence la mexicaine et l’américaine (une partie de l’histoire des États-Unis : la migration des cow-boys mexicains vers l’extrême sud ouest des États-Unis).

Contrairement à ce que beaucoup de monde croit, le chili n’est pas d’origine mexicaine mais bien texane. Il a été créé à San Antonio au Texas par les pionniers américains qui ont su avec succès réadapter à leur manière le fameux mole (sauce épicée) de leurs voisins mexicains. Le plat original était un vague ragoût relevé de piments rouges séchés, un plat nourrissant de pauvres en somme, car tous les ingrédients étaient bon marché et produits sur les terres.

Les Mexicains lui donnèrent la définition suivante: « detestable food passing itself off as Mexican, sold in the U.S. from Texas to New York » Ça fait plaisir! La réputation n’était plus à faire.

En réalité, le chili original Texan ne contient pas de haricots rouges contrairement à celui mexicain. En Europe, nous ne trouvons que de fades copies mexicaines, alors que quand il est bien cuisiné et mijoté, c’est un plat très intéressant. Toujours en quête d’authenticité, nous nous sommes lancés dans la recette originelle et originale.

chili-texan

Chili con carne texan (à préparer la veille)

L’astuce pour un bon chili : plus il mijote, meilleur il est.

Pour 4 personnes

  • 500 g de viande de bœuf en petits cubes ou grossièrement hachée (paleron, gîte, épaule…)
  • 2 oignons
  • 1 grosse gousse d’ail
  • 1 boîte de tomates concassées (ou des tomates fraîches quand c’est la saison !)
  • 1 litre d’eau
  • 1 poivron rouge
  • 1 piment rouge
  • 2 cubes bouillon de bœuf
  • 1 cuillère à soupe de sucre
  • 1 cuillère à soupe de farine de maïs
  • Sauce barbecue ou jalapeno ou Tabasco ou Hot Pepper Sauce
  • Cumin
  • Crème fraîche épaisse

Émincer l’oignon et le faire revenir dans un peu d’huile avec la gousse d’ail pilée. Ajouter la viande : quand elle est bien colorée, ajouter l’eau et le bouillon et laisser mijoter au moins 2 heures à feu doux.

Ouvrir le piment rouge et ôter soigneusement les graines (ce sont les graines qui piquent). Couper le piment et le poivron en petits dés. Ajouter au bœuf ainsi que les tomates, le sucre, le cumin, et les sauces épicées (à doser selon l’intensité désirée !) Poursuivre la cuisson, doucement, pendant encore 1 heure. Réserver.

Remarque : la sauce qui mijote là peut paraître fortement épicée mais la puissance diminuera avec le temps et le refroidissement.

Le lendemain, réchauffer à feu doux. Délayer une cuillère de farine dans un peu de sauce tomate, mélanger et remettre sur le feu. Cela va permettre d’épaissir la sauce. Le chili doit être davantage crémeux que liquide. Pour adoucir le goût, on peut ajouter en fin de cuisson du cacao en poudre ou un carré de chocolat noir à 70%

Une variante connue est d’ajouter du maïs en grain à la sauce.

Servir avec des tortillas et une cuillère à soupe de crème fraîche au centre.

Que boire avec un chili ? S’il n’est pas très pimenté, une bière mexicaine, s’il est bien pimenté, un vin rouge sec et corsé comme un Bourgogne, Sangre de Toro, Faugères, Côtes-du-Rhône, Cahors ou Corbières.

jalapeno

Tortillas (crêpes souples) mi blé mi maïs

Comme celles de la célèbre marque O__  E_ PA__  mais sans les conservateurs et additifs beurk 😉 Il est difficile de n’utiliser que de la farine de maïs car celle-ci ne contient pas de gluten, les crêpes risqueraient de se fendre.

  • 100 g de farine de blé
  • 100 g de farine de maïs
  • ½ cuillère à café de bicarbonate
  • 250 g d’eau
  • 1 cuillère à soupe d’huile

Mélanger tous les ingrédients dans un saladier. La consistance recherchée est celle de la pâte à crêpes épaisse.

Faire cuire les tortillas dans une crêpière en les retournant. Elles ne doivent pas être craquantes mais rester souples. Les recouvrir d’une serviette humide ou d’un couvercle pour ne pas qu’elles s’assèchent.

crepe-tortilla

Tortilla chips maison au maïs (pour accompagner le guacamole)

Pour une quinzaine de chips

  • 50 g de farine de blé
  • 50 g de farine de maïs
  • 40 g d’eau
  • 2 cuillères à soupe d’huile
  • 2 cuillères à soupe de semoule de maïs (ou polenta)
  • Paprika
  • Poivre et sel
  • ½ cuillère à café de curcuma (colorant jaune naturel, ou prenez des épices à paella)

Mélanger tous les ingrédients et pétrir la pâte quelques minutes (c’est entre la pâte à pain et la pâte brisée). Rajouter  un peu d’eau si elle est trop sèche.

Étaler la pâte au rouleau puis former des triangles.

Cuire ces triangles à 200° pendant 7 à 10 minutes. Les chips seront craquantes en refroidissant, mais attention à ne pas les faire trop colorer.

tortilla-chipsrepas-texas

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

15 réponses

  1. Mr. Miamiam dit :

    Yeeee – haaaaa ! Bonne recette ! 😛
    Faudra – t’il mélanger le bouillon avec l’eau avant le verser sur la viande et très bien aussi de prendre au lieu de 2 bouillons de bœuf juste un seul plus 1 de volaille.
    Y’à t’il aussi la recette pour le truc de la photo tout en bas, avec l’avocat ?

    • nadasto dit :

      Oui il faut mélanger le bouillon (cube ou en poudre) dans de l’eau.
      La recette du guacamole épicé est prévue dans un autre billet.
      Salutations gourmandes

  2. Mehdy-Louis Thirion dit :

    Désolé mais ce n’est pas la vrai recette du chili…
    Il manque des tas d’épice, ils y a pas assé de piment, de la tomate dans le chili^^ Des cube de bouillon (beurk) du sucre (le sucre du grand n’importe quoi) la crème fraîche (mdr^^) le tabasco et le hot machin pourquoi pas mais la sauce barbecue (non mais)
    Surtout pas de viande haché mais de la viande coup en petit morceau (enfin pas tros petit non plus) le poivron je ne suis pas contre mais c’est pas dans l’original)
    Faite une marinade 24H00 avant et faite cuire 5H00 (le vrai chili ce cuie 5H00) et mangé pas besoin de le faire cuire en avance.
    Je ne donnerait pas ma recette, mais elle me vient de l’association de éleveur de bovin du Texas et du champoina du monde du chili con carne le plus authentique et le plus fort du monde.
    Enfin bref, en France je n’est jamais vu de vrai chili ou de vrai recette de chili :/ Pourtant au Pays Basque on na son cousin l’Axoa…

    P:S= J’ai vu qu’elle que rectte sur ce site qui son pas trop mal (sauf votre chili^^ Mais c’est pas le pire en France 😉 )

  3. Audrey Bulles dit :

    Bonsoir, j’ai une recette de « Chili », (je n’ose plus le dire ! ), que j’adore et qui n’est plus la même que celle qu’on m’avait passée, elle-même adaptée d’une autre… Bref, certaines recettes sont très évolutives, surtout pour tout ce qui est ragoût 🙂
    Quant au sacrilège de mettre des tomates, si c’est bon, pourquoi ne pas essayer ? Certains ingrédients vont bien ensemble parce qu’ils baignent dans une même culture culinaire ou sont liés à une saison, une région au sens large (sud des USA et Caraïbes par exemple), et trouvent une logique gustative à s’associer… Il y a des Chili avec et sans maïs, haricot, oignon, poivron…et plusieurs recettes mentionnent du sucre 😉 Sans le savoir, quand j’ai bidouillé la mienne, j’ai fini par en mettre afin de rendre tomates et poivrons plus digestes (oui je sais horreur je mets tomate et poivron ) et parce que ça donne bon goût !
    Quitte à y aller franco dans le sacrilège, je mets aussi de la courgette, du gingembre, de l’origan, du citron vert, et en finition de la coriandre fraîche… Et je sers avec un riz ail et coriandre. Eh bien c’est un pur bonheur, et même si c’est revisité, on retrouve le goût du Chili.
    Et j’adore l’idée que la recette ne demande qu’à être encore transformée (le chocolat par exemple : idée géniale !!!)
    Il faut savoir être curieux, ouvert… D’ailleurs l’idée de goûter le « pur et dur » me tente diablement aussi, mais pas dans une optique de concours, de classement… Par gourmandise, simplement !
    Bref merci pour cette recette, que je vais combiner avec la mienne 😉

  4. Audrey Bulles dit :

    Euuuh je précise que je réponds au commentaire quelque peu agressif (et qui date, en fait…) du Monsieur Spécialiste du plus Super et Authentiqur Chili de l’Univers, hein…

  5. Chap dit :

    Bonjour. Je suis allé régulièrement au Texas et c’est là-bas que j’ai mangé mon premier Chili. Je n’ai jamais trouvé de Chili similaire ici en France et j’ai été très étonné de voir des haricots rouges entier dans les Chilis servis. Franchement, les chilis dans les restaus sont pas bons, c’est même hoteux, ça ne met pas du tout en valeur ce plat. Avant j’arrivais à me faire parvenir les fameux kit « Two Alarm Kit » du Texas, qui n’est plus ni moins qu’un mélange d’épices dans un sachet, et le piment rouge (piment de cayenne). Et oui, un vrai chili se mange fort, très épicé, ça arrache comme on dit, le Chili authentique n’était qu’avec des piments rouges. J’ai réinventé la recette pour m’approcher de celui du Texas et j’ai découvert ma recette, une tuerie ! La base reste la même, un oignon, de l’ail, et de la viande de boeuf (haché ou non), pour les épices, Old El Paso fait un sachet d’épice soft pour Chili qui conviendra très bien au lieu du fameux kit que j’ai mentionné plus haut, pour donner le gout recherché et c’est pas fort du tout. Je rajoute ce sachet d’épice sur ma viande et une boite de tomate en dés, ou 2-3 tomates fraiches. Et c’est là maintenant le secret de mon Chili, je met dans un mixer une grosse boite de haricot rouge. Et oui, je les mixe pour obtenir une sorte de purée d’haricot rouge que j’incorpore à ma viande, puis je laisse cuire au moins une heure à feu doux pour obtenir une consistance de purée. Et là, je me suis enfin bien rapproché du chili servi au Texas sans les haricots rouges entiers. Salé et servir. Pour faire plaisir aux grands comme aux petits, faites 2 plats et dans l’un vous mettrez du piment de cayenne pour les plus courageux … comme moi :-P. Servir avec du pain ou du riz pour adoucir

  6. LA DIFFERENCE ENTRE TACOS, BURRITOS, QUESADILLAS ET FAJITAS AU TEXAS?

    Quand on parle de tacos, enchiladas, de burritos, de fajitas et de quesadillas, il est fait référence à la cuisine mexicaine. Ils sont consommés tous les jours et à tout moment dans les différentes régions du Mexique. Une partie importante du régime des Mexicains est formée par le maïs, les tomates, les avocats et les poivres ou les piments, aliments inconnus aux colonisateurs du 1500. Parmi eux le plus important est le maïs, avec lequel le typique tortillas, semblable à une crêpe, qui accompagnent presque tous les repas. Ils peuvent être frits ou grillés, roulés ou pliés, farcis de viande ou de légumes, recouverts d’une sauce rouge ou verte.

    Tortillas farcies de blé devient un taco. Les possibilités: différents ragoûts, haricots, riz, poulet, boeuf, porc, légumes etc. etc. Le taco roulé peut être frit et recouvert de sauce et de fromage. L’origine viendrait des femmes rurales trouvé un plat pratique pour leurs maris à prendre comme déjeuner.

    Les Enchiladas sont similaires aux tacos. Ils sont cuits au four pour faire fondre le fromage qui les recouvre et celui qui fait partie du fourrage. Ils sont accompagnés de sauce piquante.

    Les Enchiladas sont similaires aux tacos. Ils sont cuits au four pour faire fondre le fromage qui les recouvre et celui qui fait partie du fourrage. Ils sont accompagnés de sauce piquante.

    La quesadilla est une tortilla de maïs à laquelle certains fromages sont placés à l’intérieur, comme ingrédient principal. Généralement, il est plié en deux, bien qu’il puisse y avoir deux tortillas avec le remplissage au milieu. Chaud, de sorte que le fromage fond, ils mangent avec les mains. Son nom vient de la combinaison des mots fromage et tortilla.

    Les burritos sont caractéristiques du nord du Mexique, près de la frontière avec les États-Unis. Ce sont de grosses tortillas de taille, environ 30 cm, farcies avec de la viande cuite, des haricots ou des haricots frits, des œufs et autres, accompagnées de sauces, ou farcies de jambon et de fromage. Ils sont généralement frits dans l’huile. Son créateur, un certain Mendez, roula les tortillas, laissa une extrémité ouverte, l’autre la plia et les enveloppa dans du papier afin qu’elles ne se refroidissent pas lorsqu’il les distribuait sur le dos d’un âne. D’où le nom.

    Nous parlons de fajitas lorsque le remplissage est présenté d’un côté et les tortillas chaudes de l’autre. Dans ce cas, la farce est composée de poulet (poitrine) ou de viande de vache (une coupe appelée arrachera), coupée en fines lanières, rôtie sur une plaque chauffante ou au charbon ou sautée avec de l’oignon et des poivrons rouges, entre autres. Ils sont accompagnés de guacamole et de crème sure. Chaque souper remplit le sien et le roule serré comme si c’était une « bande ».

  1. 15 août 2015

    […] Un chili texan […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.