terroir-midi-pyrénées

Le terroir de Midi-Pyrénées, région gourmande et locavore

| 12 Commentaires

Pin It

En décembre chaque année à Toulouse, a lieu le très attendu salon SISQA, le salon sur la qualité alimentaire en Midi-Pyrénées, véritable vitrine de notre région. Et quelle vitrine ! Le plus grand marché de la région avec 200 producteurs présents.

Rocamadour (Lot) – Photo: Isabel Mota

L’occasion de dresser un portrait de Midi-Pyrénées en termes de gastronomie, le pays du  foie gras, de la truffe noire, du safran ou du porc noir pour ne citer qu’eux.

Midi-Pyrénées est la région de France qui compte le plus de locavores *

Et nous en faisons partie ! C’est quoi un locavore au juste ? Un consommateur qui « relocalise » son alimentation en privilégiant les produits locaux dans un rayon de 150 km autour de chez lui. En d’autres termes, le locavore mange local et de saison, en respectant le rythme naturel de production, le terroir d’origine des aliments et les circuits courts de manière à réduire au maximum la pollution engendrée pour acheminer les produits.  Il faut savoir que le mouvement locavore nous vient des États-Unis ; comme quoi, tout n’est pas à jeter dans les pratiques alimentaires des ricains.

La question qui revient souvent quand on parle de locavore est : « ça doit coûter plus cher de s’approvisionner au marché, à la ferme plutôt que dans les grandes surfaces ? » La réponse est : non, pas vraiment. Il s’agit de manger et consommer différemment : on achète moins de produits transformés et déjà prêts, on cuisine donc plus nous-mêmes… et on jette moins, donc on gaspille moins. Exit les emballages inutiles. On privilégie les produits au « vrac », les produits natures ou bruts. Ce qui signifie qu’il faut s’investir davantage dans la cuisine et prendre un peu plus de temps pour « transformer » les aliments. Mais qu’est ce qu’on y gagne, en qualité et en goût !

Pour autant, un locavore n’est pas coupé du monde international et des plaisirs des gastronomies étrangères. On appelle l’exception Marco Polo le fait de consommer un ou plusieurs produits venant d’ailleurs, de très loin, comme le chocolat (impossible pour nous de nous en passer 😉 ), le café, les épices. Donc nous ne sommes pas 100% locavores, mais l’être à 70-80% pour les produits frais est déjà intéressant.

*56% des habitants de Midi-Pyrénées déclarent acheter régulièrement des produits alimentaires fabriqués localement, contre 39% du reste de la France. Source CSA/Région Midi-Pyrénées

Haricots Tarbais

L’agro-alimentaire, le 1er employeur de Midi-Pyrénées

100 000 personnes travaillent dans le secteur agro-alimentaire, plus que dans l’aéronautique. Région agricole donc … et région de terroirs. Si nombreux. La région étant la plus grande de France (grande comme le Danemark), pas étonnant qu’on y retrouve autant de diversité dans sa gastronomie. En effet, les spécialités culinaires des Pyrénées diffèrent de celles du Massif Central au nord de la région, qui diffèrent, elles, des traditions d’élevage du canard et de l’oie en territoire gascon … etc.

Midi-Pyrénées, c’est aussi :

  • La 1ère région en France pour la production de soja.
  • La 1ère région de France pour la production d’ail : elle représente plus de la moitié de la production nationale avec l’ail de Lautrec, l’ail de Cadours et l’ail de Lomagne.
  • La 1ère région de France pour la production de foie gras  avec 40 % de la production nationale de foie gras de canard. Le Gers à lui seul, représente plus de la moitié de la production de volailles et volailles grasses en France.
  • La 1ère région pour l’agriculture biologique en France.
  • La 1ère région française pour la production de confitures ! (Andros dans le Lot, 1er employeur de la région en ce qui concerne l’industrie agroalimentaire)
  • La 1ère région française pour la production de lait de brebis, roquefort oblige (69 % de la production nationale, source Agreste, chiffres 2009)
  • La 1ère région française pour la production de charcuterie sèche (35 % de la production nationale de jambon sec et 12 % de saucisses et saucissons, source Agreste, chiffres 2009)
  • Le Tarn et Garonne, 1er département français pour la production de pommes et prunes (source Chambre d’Agriculture 82)

La qualité des produits de terroir

C’est encore la première région de France pour le nombre de produits classés et protégés (AOC, AOP, IGN, Label Rouge) avec le nombre de 106. La truffe de Lalbenque, l’agneau du Quercy, le bœuf Aubrac, la charcuterie de Lacaune, le fromage de Laguiole, le chasselas de Moissac, le Porc Noir de Bigorre, l’ail rose de Lautrec, le haricot tarbais …et la liste est longue !

Une carte vaut mieux que des mots pour résumer l’ensemble des produits du terroir.

Source www.midipyrenees-petitgourmet.com

Cette année durant le SISQA, l’Aquitaine s’associe à Midi-Pyrénées sous la toute nouvelle bannière créée cette année : Sud-Ouest France. A nous piment d’Espelette et jambon de Bayonne !

Voilà pourquoi en tant que gastronome,  je me réjouis d’habiter dans la région, de pouvoir cuisiner tous ces beaux produits et me dis souvent que nous sommes gâtées par les terres. Pourvu que ça dure 🙂

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Print Friendly

12 Commentaires

  1. Une très belle région en matière culinaire !!

  2. J’attends SISQA chaque année et fait découvrir cette merveilleuse vitrine de notre région à mon entourage. Un beau préambule à Noël et un accueil qui a la chaleur de notre Sud-Ouest. Chic, j’y passe ma journée de demain !
    🙂

  3. Pingback : Seniors : 3 maisons à faire construire dans la région Midi-Pyrénées | Espace presse

  4. Pingback : Revue de blogs de décembre et janvier | Reperes-Gers.com

  5. Pingback : Carrés choco coco haricots |

  6. Quels nouveaux gouts vont-ils nous faire découvrir cette année ? J’ai vu que l’émission FORT BOYARD avait repris le supplice des « œufs de 100 ans » : il fallait vraiment que les hôtesses soient persuasives pour nous faire tester ça … mais c’est inoubliable !

  7. Pingback : SISQA 2013 à Toulouse, entre classiques du terroir et nouveautés |

  8. Pingback : Manger sain et gourmand avec 30€ par semaine, c’est possible |

  9. Pingback : L’oignon de Tasmanie qui nous fait pleurer : 17 189 km parcourus jusqu’aux étals de nos supermarchés |

  10. Pingback : Burger occitan saucisse de Toulouse, Bethmale, Rocamadour |

  11. Pingback : Un petit tour à Biocybèle dans le Tarn, la plus grande foire bio du grand Sud |

Laisser un commentaire

Champs Requis *.