naaandé-japon-paris

Une lecture « sans frontières » : Nââândé, les tribulations d’une japonaise à Paris

| 0 Commentaires

Pin It

Une fois n’est pas coutume, je ne vais pas vous parler gourmandise ni gastronomie, je vais vous parler d’un petit livre qui se laisse dévorer en quelques jours, que dis-je en quelques heures : « Nââândé, les tribulations d’une japonaise à Paris » Chez Gourmandise sans frontières, vous le savez, on aime les voyages et découvrir d’autres horizons, culinaires certes, mais pas que…

C’est l’histoire d’une japonaise installée à Paris qui dresse le portrait des parisiens dans les situations de la vie de tous les jours, avec humour et effroi. Un choc des cultures en quelque sorte.

« Nââândé !? » est un petit mot qui exprime la stupéfaction. On pourrait le traduire par « Oh ! mais que se passe t-il ! ? ou « Oh non ce n’est pas possible ! » ou encore « OMG ! »  ^^

Ce livre est bourré d’anecdotes croustillantes, décrites avec une certaine sagacité. C’est clair : Tokyo et Paris, ce n’est pas vraiment la même planète ! Des impressions qui rejoignent assez souvent les miennes lors de mon voyage au pays du soleil levant.

Vous allez mieux comprendre le mal mystérieux qui touche les touristes japonais débarqués dans la capitale, qui a même pris le nom du « syndrome de Paris » ; Paris qui reste pourtant un fantasme pour toutes les Japonaises, allez donc savoir pourquoi.

Mais j’ai envie d’ajouter : la France, ce n’est pas que Paris heureusement …

Exemple de récit : le restaurant

A Tokyo, à peine êtes-vous entré dans un café que le personnel vous souhaite « Ohayo Gozaimasu! », qui veut dire « Bonjour infiniment! » Dès qu’on est assis, un serveur arrive immédiatement avec un verre d’eau fraîche et un autre « Ohio Goseimas! » Pour les Japonais, cette politesse est une façon de lutter contre le stress de la vie quotidienne : c’est une institution, un réflexe de survie. En France, tout commence  par un « Qu’est ce que je vous sers? » et se termine par un rituel que j’ai toujours tendance  à considérer comme une agression… […] Nous venions de commander nos cafés et, lorsque le garçon nous les a apportés, il a posé l’addition sur la table alors que nous n’avions rien demandé. Nââândé?! Au Japon, manger et payer l’addition sont deux moments séparés. Quand vous avez décidé que le repas est fini, vous vous levez et vous allez à la caisse pour payer. Poser l’addition sur la table, pour moi cela voulait dire : « Bon alors, quand est ce que vous partez? C’est fini de bavarder, j’ai des clients qui attendent! »

A lire pour se faire une brève idée de la culture nippone, à la fois si différente et si fascinante…

Nââândé !? Les tribulations d’une Japonaise à Paris
Eriko Nakamura
Edité par Pocket

naaandé-japon-paris

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Print Friendly

Laisser un commentaire

Champs Requis *.