La recette traditionnelle du millas ariégeois (nature)

Pin It

Un chaudron en cuivre, une « todelha » (toudeille), une cheminée, un feu de bois : voilà les ustensiles adéquats pour réaliser un millas ariègeois dans les règles de l’art. Bon, ce qui est sûr, ce que nous n’avons pas tout cela à la maison. On peut néanmoins réaliser un bon millas, car la recette requiert peu d’ingrédients. Je cuisine souvent l’autre millas du sud-ouest avec œufs et lait. Dans cet article, j’explique ce qu’est ce mets ancestral.

Ici, il s’agit du millas d’Ariège, comme il se faisait et se fait toujours dans les campagnes, en hiver, au moment du tue-cochon 🙂

Il faudra :

  • 1 litre d’eau
  • 230 g de farine de maïs tamisée + pour étaler
  • 1 cuillère à café rase de sel
  • 2 cuillères à soupe de graisse de canard

Pour la version sucrée :

  • De l’Armagnac ou du rhum
  • Du sucre, plein de sucre
  • De l’eau de fleur d’oranger éventuellement
  • Huile et beurre

Mélanger l’eau avec le sel et la graisse. Porter le tout à ébullition, c’est-à-dire 100°. Verser alors la farine en pluie, remuer vigoureusement. Laisser cuire à feu doux sans cesser de tourner avec une cuillère en bois, pendant environ 50 minutes. Le but est d’obtenir une bouillie très épaisse. Normalement, la cuillère doit tenir debout toute seule au milieu de la casserole.

Saupoudrer de la farine de maïs sur un linge propre et sans odeur, un long torchon par exemple. Étaler la bouillie sur une épaisseur d’environ 2 cm. Laisser complètement refroidir (plusieurs heures donc). On peut également étaler la pâte sur une plaque à four.

millas-ariege-recette

Le millas ici dans un moule à gâteaux

Découper le millas en rectangles, les fariner à nouveau légèrement et les faire dorer à la poêle dans un peu d’huile et de beurre.

millas-ariegeois

On peut les flamber à l’Armagnac. Déguster le millas très chaud, saupoudré de beaucoup de sucre.

recette-millas-Ariege

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

15 réponses

  1. Hummmmmmmm… comme c’est bon ça !

  2. Chaptal dit :

    J ai connu ça quand j etais petit ma grand mere maternelle en faisait souvent je me régalais

  3. Fiona dit :

    J’adore cette recette j’en avait besoin pour mes voisins et je pèse que il vont adorer….

  4. klein dit :

    ce millas , graisse en moins certainement , a servi de pain , pendant la guerre dans un village de l’aude où étaient réfigiés les expulsé s de Moselle ….mais pour trouver de la farine de maïs ils devaient faire 100km aller retour jusqu’à CASTENAUDARY ….de quoi apprécier cette recette !

    • Rouquet dit :

      Ce ci était aussi très répandu dans le tarn.moi même Je faisait le milla le jour du cochon et ce n’est pas loin. Par contre je le fait frire à l’huile et du temps de ma grand mère également. Aujourd’hui j’ai acheté la farine de maïs pour en faire un dans le chaudron en cuivre qui n’a servi qu’à cela. et cela va faire remonter de si bons souvenirs.

      • Boyer dit :

        Je suis du Tarn aussi ma grand mère le faisait quand j’étais petite ça fait un moment que je cherche la recette je vais essayer cet hiver mes filles adorent aussi

  5. Didierbs dit :

    Ben on le fait toujours le millas…
    Mais pas avec de l eau mais du lait et un peu de rhum…. C ‘est bien meilleur… Tous les bouchers ici en Ariege en vendent au moment du cochon…. Puis on le fait flamber au rhum avant de le manger.

  1. 9 février 2015

    […] Dans la pure tradition ariégeoise, le millas, simple mélange à l’origine de farine et d’eau, se cuisait longuement dans un chaudron en cuivre, tout en le remuant avec une « toudeilho », c’est-à-dire une cime de sapin en guise de spatule. On mangeait le millas quand on tuait le cochon ou les canards. Et il se consommait nature ou salé, en accompagnement des viandes et revenu dans la graisse de canard (ou d’oie). Voici la recette traditionnelle : millas ariégeois. […]

  2. 26 octobre 2015

    […] ce plat de pommes de terre vapeur ou d’un millas par […]

  3. 31 mars 2016

    […] mémé du millas : la fille d’attente des habitués laisse présager quelque chose de bon, de très bon […]

  4. 20 juin 2018

    […] de maïs blanc, aux Moulins de Perrine. Parce que chez nous, on s’en sert pour faire le millas […]

  5. 19 septembre 2018

    […] plat pourrait rappeler le millas du sud-ouest à la différence que la farine de gaudes est torréfiée et pas celle pour le millas […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.