Voyage au cœur du Larzac, un territoire à part {Aveyron}

Pin It

Le Causse du Larzac est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO (le Parc Naturel Régional des Grands Causses). Mais plus qu’un haut plateau karstique semi-aride où paissent les brebis, c’est un très bel exemple d’écologie, de savoir-vivre, de solidarités humanistes que j’ai envie de relater via ce billet.

Un bout d’Aveyron

Le plateau du Larzac s’étale en réalité sur 2 départements, le Larzac méridional au sud dans l’Hérault et celui plus au nord en Aveyron. Aveyron encore, incroyable morceau de France à la douzaine de paysages différents répartis sur 8 735 km2 (le 5ème plus grand département français), tu ne cesseras jamais de me surprendre. Moi qui connais davantage les hautes terres dépouillées de l’Aubrac, je ne peux que porter une comparaison.

Sur l’Aubrac, les vaches. Sur le Larzac, les brebis. Sur l’Aubrac, l’Auvergne voisine. Sur le Larzac, les effluves méditerranéennes. Ce qui est sûr, c’est que j’adore les deux. Laguiole 1 – Roquefort 1. Match nul balle au centre. C’est assez rare en France de traverser deux déserts dans un même département. L’autoroute A75 (superbes paysages de far west) permet de les rejoindre en 1h de temps.

        

Le poids de l’histoire

Le Larzac vous évoque sûrement ces clichés habituels : hippies, néo-paysans ayant fui la ville, roquefort, José Bové. Mais c’est bien plus que ça. L’histoire y est riche. D’abord celle des Templiers. Il faut remonter au Moyen-Age, entre le 12ème et le 14ème siècle, dans le contexte de la guerre sainte et des croisades.

Le rôle des Templiers (un ordre religieux et militaire issu de la chevalerie chrétienne) était de protéger et accompagner les pèlerins. Ils acquirent une partie du Larzac avec la permission d’y construire des villes et des places fortes, établirent une commanderie à Ste Eulalie de Cernon (très beau village parfaitement conservé).

Ste Eulalie de Cernon

Je vous invite vivement à visiter le plus beau des villages Templiers à mon goût : La Couvertoirade, petit bijou médiéval hors du temps.

La Couvertoirade, dans les plus beaux villages de France

Dans l’histoire contemporaine, le Larzac est indéniablement associé à la lutte paysanne. Au début du 20ème siècle, l’armée française décida de créer un camp militaire sur le plateau, prétextant l’aridité des terres agricoles et donc leur manque de rentabilité. Les brebis furent chassées. En 1970, l’armée décida d’agrandir le camp, ce qui impliquait l’expulsion de 103 paysans. Bien décidés à ne jamais vendre leurs terres à l’État français, les 103 paysans mirent en place la résistance et une flopée de gens se rassemblèrent, des agriculteurs aux anti-militaristes, écologistes, militants non-violents…en passant par les curés du coin (oui oui). En 1973, plus de 100 000 personnes se réunirent pour la cause. La lutte prit fin après l’élection de François Mitterrand en 1981 et l’abandon du projet d’extension du camp militaire. Les terres qui avaient déjà été achetées par l’État furent redistribuées à de jeunes agriculteurs. Ceux-ci se regroupèrent pour fabriquer des produits naturels respectueux de l’environnement. Ce qui explique qu’on trouve aujourd’hui sur le plateau un tas de produits fermiers bio pour la plupart (miel, viandes, fromages, plantes, bières, pains de paysans boulangers…)

Le marché paysan de Montredon : l’exemple des néo-ruraux authentiques

Montredon est un petit hameau situé en plein désert qui a vu sa population disparaître dans les années 70-80, comme c’est le cas de beaucoup de villages très isolés en France. C’est grâce à une association que la vie a repris, de nouveaux agriculteurs se sont installés.

Un marché nocturne avec les producteurs du coin fut créé fin des années 80 chaque mercredi soir de juillet et août. Aujourd’hui, sa renommée a dépassé les frontières du département. Peut-être trop ? Faisons confiance aux aveyronnais pour garder l’authenticité qu’ils défendent tant.

Vivre et rester au pays

Même si les conditions de vie des paysans restent difficiles, surtout en hiver, hors des périodes touristiques, j’ai senti dans ce territoire une vraie volonté de construire un modèle de vie durable basé sur l’entraide, la solidarité, la complémentarité, l’échange, le respect de la nature, la mise en valeur du patrimoine collectif, valeurs qui me sont chères. Ici, pas de surenchère touristique comme en Provence (c’est quelque chose qui m’a frappée à la Couvertoirade classé dans les « plus beaux villages de France » pas de bibelots/chinoiseries à vendre dans les ruelles), pas de triche avec les produits du terroir (les prix sont justes, pas augmentés pour les touristes), les personnes rencontrées furent très serviables et ouvertes. Bref, un pays en or.

Mes endroits favoris. A faire/A voir

Le boulanger de la Couvertoirade (four à bois)

  • Le hameau de Montredon, son ensemble architectural traditionnel et son marché paysan en été

  • Goûter à la pizza du Larzac cuite dans le four à bois de Montredon (en été)

  • Le hameau de la Blaquière et la route qui y mène, ambiance Ouest américain à la française 😉

  • Déguster du pérail de brebis dans l’une des nombreuses fermes/bergeries
  • Randonner sur le plateau en suivant les GR

Quelques producteurs que j’ai visités :

Quand on descend du plateau, on retrouve un paysage verdoyant fait de forêts, de gorges et de villages perchés

Villages typiques, que de pierres !

Village du Parc Naturel des Grands Causses

Print Friendly, PDF & Email

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Buraud dit :

    Et si l’histoire se répétait ?
    Merci pour ce joli billet ça c’est de l’aveyronnais du vrai de l’authentique garantie sans pollution…
    l’Aveyron au cœur de l’histoire mieux à la pointe du progrès, bientôt en passe de devenir le lieu d’un mouvement qui sera l’objet de l’attention de tous sans rien vous dévoiler prématurément c’est à deux Aveyronnais que l’on doit l’attribution de la coupe du monde de Rugby 2023 Claude Archer et Bernard Laporte et si un autre événement mondial y avait lieu en 2024?
    Juste le plaisir de vous faire saliver…
    Encore merci pour ce billet

  2. Alexis dit :

    Bernard Laporte ? Mouais…Je le laisse à ses fans..
    Quand je pense à l’ Aveyron, département ou je suis né, je pense à Pierre Soulages et à son musée de Rodez, rayé de noir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.