5 avril 2012
de nadasto
8 commentaires

Gruissan dans l’Aude, entre terre et mer

Pin It

Météo : grand soleil
Température de l’air: 27°
Température de l’eau: 13° (aie aie aie)

Gruissan est un petit village sur la côte méditerranéenne de l’Aude. J’aime beaucoup m’y rendre depuis Toulouse et je dois dire que malgré le nombre d’allers-retours depuis des années, je ne m’en lasse pas.

Ici, ce n’est pas la Côte d’Azur ni certaines côtes languedociennes défigurées ; s’il est vrai que le port s’est construit dans les années 60 au moment du bétonnage touristique, le reste du village a conservé tous ses charmes.

Il suffit de se balader dans des endroits peu connus des touristes, où la nature est préservée.

Crédit photo DANIEL LECLERCQ

Un vieux village de pêcheurs et de vignerons, un château médiéval, un massif montagneux à deux pas, 5 vastes plages (cela laisse le choix pour lézarder !), des étangs qui rappellent la Camargue pas loin, des îles aux oiseaux migrateurs, des produits de la mer, des salins, les sports nautiques… C’est tout ça.

Le seul inconvénient du lieu, c’est le vent (…enfin, pas pour les véliplanchistes et kyte-surfeurs !) Quand il fait des siennes en rafales, mieux vaut s’éloigner de la côte, à moins d’aimer manger du sable 🙂

La particularité de ce village est qu’il est une circulade, c’est-à-dire que les ruelles forment des cercles autour de l’élément principal, le château. Très beau à observer vu du ciel.

Le lieu dont la renommée a franchi les frontières du département, c’est la plage des Chalets, connue depuis que s’y est tourné le film de Jean-Jacques Beineix 37°2 le matin, tiré du roman éponyme de Philippe Djian. Mais la plage des Chalets, ce n’est pas seulement un film, c’est aussi une histoire de vie locale qui remonte à la fin du 19ème siècle.

Effectivement, à cette époque, à l’heure des premiers bains de mer, des familles de Narbonne venaient s’installer sur la plage avant d’attaquer les vendanges, avec une charrette de toiles comme simple habitat. Mais les vents et les marées eurent raison de ces installations précaires.

C’est alors qu’un cheminot eut l’idée de construire des cabanes sur pilotis pour échapper aux montées de la Méditerranée. Ainsi, les constructions sommaires furent peu à peu remplacées par les cabanes en bois

C’est en 1920 que s’accéléra la « cabanisation » quand la commune de Gruissan racheta les terrains pour construire de nouveaux chalets. Le confort était rudimentaire : pas d’eau douce, ravitaillement une fois par semaine par charrettes, toilette corporelle au sable et à l’eau de mer. Mais ce territoire sauvage avait de plus en plus d’adeptes. Dans les années 1930, Gruissan-Plage attirait les estivants de la région.

En 1950, les chalets n’avaient toujours pas d’eau, ni lumière. Les WC étaient communs. Les cafés et restaurants avec guinguettes commencèrent à se créer. Les prémisses du tourisme populaire.

Dans les années 60, catastrophe. La destruction des chalets fut envisagée : des investisseurs parisiens déballèrent un vaste projet de réaménagement touristique. Bien heureusement, les « simples » pêcheurs ont résisté et les chalets sont sauvés ! Il faudra attendre la fin des années 70 pour que tous les chalets soient raccordés au tout à l’égout. Aujourd’hui, certes le crépi a parfois remplacé le bois, mais l’ambiance typique du lieu demeure. Je ne connais pas d’autres plages similaires en France.

Après ce passage historique, revenons à notre balade gourmande. Petit tour dans un endroit très chouette : les salins.

Je conseille la visite guidée pendant laquelle on apprend les secrets de fabrication du sel. Et se balader à travers les étendues de sel, c’est très apaisant. Sur le site, il est aussi possible de déguster des huitres et d’autres spécialités de la mer, dans un cadre magnifique.

Arrêt obligatoire pour moi à la boutique, évidemment, où l’on peut acheter du sel au vrac, et bien sûr toute une déclinaison de gammes disponibles.

Le salin de l’Ile St Martin
Route de l’Ayrolle, Gruissan
http://www.lesalindegruissan.fr/

Une autre bonne adresse pour les fruits de mer ultra frais est la Perle Gruissanaise. A l’heure de l’apéro par exemple, faites un détour (c’est tout au bout de la plage des Chalets) par la base conchylicole de Gruissan. Coquillages et crustacés… Moules et huitres à toute heure. On passe commande, on apporte son vin blanc et on s’installe sur la terrasse pour déguster. C’est ouvert toute l’année et tous les jours.

La Perle Gruissanaise
Base Conchylicole de Gruissan
6-7 avenue de la Clape – Gruissan
Tél : 04 68 49 23 24

Après la mer, la terre. Direction le moulin à huile. Les oliveraies sont à proximité du moulin. Il y a 5 principales variétés d’olive produites, m’explique t-on : Lucques, Olivière, Bouteillan, Aglandau et Pichouline. Olives locales et production traditionnelle locale, c’est tout bon.

Moulin à huile de Gruissan
A la boutique : vente directe d’huile d’olives, de vins et produits régionaux.
Zone Artisanale Agricole, Gruissan
Frédéric GRANIER Oléiculteur / Producteur

Gruissan, c’est aussi une montagne, le massif de la Clape, un petit massif calcaire, couvert de pinèdes, principalement de pins d’Alep. Sont produits aussi par ici des vins (AOC coteaux du Languedoc) qui sentent bon le soleil.

Une balade très facile est d’emprunter le chemin qui monte au site protégé de Notre Dame des Auzils, d’où l’on domine la Méditerranée. Lieu idéal pour un pique-nique. En dessert, la pâtisserie du coin, c’est la tarte aux pignons. Indispensable !

Print Friendly

4 avril 2012
de nadasto
5 commentaires

Un printemps japonisant et la recette des gyozas

Pin It

Embarquez avec nous pour Tokyo … enfin plutôt pour Toulouse, direction le jardin japonais où se tenait la fête des cerisiers le dernier week-end de mars, comme le veut la tradition japonaise. Lire la suite →

Print Friendly

3 avril 2012
de nadasto
0 Commentaires

Boulettes orientales végétariennes aux haricots noirs et feta

Pin It

Une alternative au bœuf pour ces petites boulettes riches en protéines. Pour un repas équilibré, pensez à les associer à des céréales (blé, semoule, riz…) afin que les besoins en protéines et acides aminés essentiels soient couverts. Lire la suite →

Print Friendly

2 avril 2012
de nadasto
11 commentaires

J’ai testé…la patate douce pourpre-violette : en gâteau fondant

Pin It

Kumara, c’est le nom de cette patate douce venue d’Océanie (papate Maori) mais produite en Chine, que j’ai dégotée chez Paris-Store tout à fait par hasard. Ma curiosité s’est une nouvelle fois exprimée 🙂 Lire la suite →

Print Friendly
Pages : précédente 1 2 3 ... 68 69 70 71 72 73 74 ... 81 82 83 suivante