L’histoire et l’évolution du petit-déjeuner

Le saviez-vous ?

Le mot « déjeuner » vient du latin disjejunare signifiant « rompre le jeûne ». Historiquement et littéralement, il s’agit donc du premier repas de la journée.

Le petit-déjeuner n’a pas toujours été celui que l’on connaît aujourd’hui. Prendre son déjeuner vers midi et son petit-déjeuner sucré dès le saut du lit comme les français en ont l’habitude est une pratique qui nous vient de la bourgeoisie.

L’évolution du repas matinal (des repas matinaux en l’occurence)

Par le passé, les Romains avalaient frugalement le matin une soupe et du vin (cacao sud-américain, thé de Chine et café d’Afrique ne sont pas encore arrivés en Europe 🙂 ) Jusqu’au début du 20ème siècle dans les campagnes, le premier repas de la journée se composait encore pour certains de soupe et de pain trempé dans du vin. Avant la révolution industrielle (fin 19ème siècle), le repas de midi (notre déjeuner actuel) n’existait pas vraiment et les gens dînaient aux alentours de 17h. Peu à peu, les ouvriers et les paysans se sont mis à prendre en fin de matinée un deuxième déjeuner plus copieux (œufs, viandes, abats…) nécessaire pour supporter les longues journées et un travail physique. Quant aux bourgeois, ils avaient déjà expérimenté la petite collation sucrée (on parle de « déjeuner à la tasse »). D’où la distinction entre le petit-déjeuner et le déjeuner. Les heures de prise de ces repas évolueront au fil de l’histoire.

Les usages

Au 18ème siècle, les élites aristocratiques et bourgeoises découvrent le café. Aux bourgeois, une tasse de chocolat ou de café crème. Au peuple, du café au lait. A la campagne, du pain ou de la bouillie. En ville, des viennoiseries.

Progressivement durant le 20ème siècle, le petit-déjeuner français devint pour tout le monde une collation sucrée composée d’une boisson chaude et de tartines de pain. Les produits céréaliers transformés ne feront leur apparition que vers les années 60 en France à coup de publicité ultra-ciblée (mais déjà début du 20ème siècle aux USA avec le médecin John Harvey Kellogg qui inventa le corn flake). Je pourrais revenir sur les dégâts causés par les céréales industrielles raffinées mais c’est un autre sujet.

Histoire du petit déjeuner

L’arrivée de l’hygiénisme

Beaucoup de médecins se sont rapidement alarmés de l’absence de petits-déjeuners chez les enfants. Il n’en fallait pas plus pour que l’industrie agro-alimentaire s’empare du sujet et distribue des collations dans les écoles. L’industrie laitière arriva même à faire imposer dans les années 50 un verre de lait pour tous les écoliers (il fallait bien écouler les stocks de sur-production). Depuis, l’idée selon laquelle le petit-déjeuner serait « le repas le plus important de la journée » reste bien ancrée dans l’imaginaire collectif. Je trouve cette affirmation assez discutable car s’alimenter de pain de mie industriel, de pâte à tartiner ou de céréales ultra sucrées n’est pas selon moi une nécessité ni un progrès alimentaire…Je dirais plutôt que la prise alimentaire est surtout une affaire personnelle en fonction de son rythme de vie et de ses besoins biologiques.

Histoire du petit déjeuner

Une histoire culturelle

Le premier repas de la journée est bien différent d’un pays à l’autre (on s’en rend compte surtout quand on voyage). Je pourrais citer les haricots, les saucisses et le bacon au Royaume-Uni, les pancakes ou les céréales aux États-Unis, les bols de riz au poisson ou aux œufs au Japon, le riz frit à l’œuf en Indonésie, la soupe pho au Vietnam etc. Je remarque qu’en France, quand on dit que l’on prend un petit-déj salé, on est regardé bizarrement. Tout quand on « saute » ce repas (qui n’en est pas un selon moi, un repas ne peut être composé que d’aliments sucrés) et que l’on déjeune plus tôt en fin de matinée avec un vrai repas équilibré. C’est forcément socialement excluant. Et concernant l’alcool, à quel niveau se situe le curseur du bon moment ou du mauvais moment pour en consommer? Boire un verre de vin à 9h ne semble pas très acceptable de nos jours, mais le prendre vers 11h30 12h en apéritif l’est davantage…Pourtant dans le sud-ouest ou à Lyon par exemple, il est courant encore aujourd’hui de petit-déjeuner vers 9h avec plats canaille et verre de rouge 🙂 Bref, tout est histoire d’habitudes sociales et culturelles.

Anecdote : dans certaines régions de France, le terme déjeuner s’emploie encore pour désigner le premier repas de la journée. Chez les anciens, le repas de midi s’appelle le dîner et le repas du soir le souper ! A en perdre son latin…

Et vous, quelles sont vos habitudes ?

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. wattoote dit :

    ahh la la les céréales industrielles achetées une fois exceptionnellement mes enfants ne savent plus s’en passer
    je désespère mais sinon ils ne mangent pas

Répondre à wattoote Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.